Un cru des hommes

Une mosaïque de sols en terrasses d’altitude baignées de soleil, des hommes attentifs à l’élevage de leurs vins.
Les Terrasses

Les Terrasses sont situées au bas du village, ont une piérrosité supérieure à 50%, le sol y est profond et la réserve hydrique suffisante. Les cépages tels que la Syrah, le Mourvèdre, le Carignan, et le Grenache, y sont implantés.

Les Soubergues

Les Soubergues sont situées au pied du village et sont composées en grande partie d’argile, ce qui leur confère une surface marneuse. Ces sols sont peu profonds et la réserve hydrique y est faible. Les cépages tels que la Syrah, le Merlot, le Carignan, et le Cinsault y sont implantés.

Les Premières Côtes

Les Premières Côtes sont situées au-dessus du village, constituées de calcaires, le sol y est peu pauvre et de faible profondeur. Les cépages tels que la Carignan, le Cinsault et depuis le Grenache et le Syrah y sont implantés.

Château Faîteau

Jean-Michel ARNAUD, artisan vigneron

16 route des Mourgues – 34210 La Livinière
Tél. 06 15 90 89 48
E-mail : jm.arnaud71@orange.fr

Caveau ouvert toute l’année (dimanche : sur rendez-vous).

Exploitation viticole familiale depuis 1920 Jean-Michel installe la cave en 2000. Fort d’une expérience de responsable d’exploitation dans la vallée de Limoux, en blanquette et du savoir-faire familial. Les premières bouteilles de FAITEAU sortent le 2001 et connaissent rapidement le succès, le millésime 2000  obtient deux étoiles au guide hachette en 2004, depuis les vins de Faiteau se retrouvent régulièrement sélectionnés sur différents guides dont les plaques placardes le grand portail de la cave, une fierté pour Jean-Michel et une continuité familial dans le plaisir du travail bien fait.
Les vendanges sont en grande partie manuelles ce qui permet de réaliser un premier tri à la cueillette et d’acheminer les raisins par petit volume jusqu’à la cave. Puis elle est acheminée dans la cuve ou à l’égrappoir via un tapis, ce qui permet de réaliser un tri supplémentaire tout en respectant au maximum la vendange. Les mises en bouteilles se font à la propriété, en tiré bouché. La mise en bouteille est réalisée lorsque Jean Michel juge l’élevage optimal. Un délai de quelques mois, doit être observé afin d’affiner le vin en bouteille et qu’il soit parfaitement remis de la mise avant d’arriver sur vos tables.

A La Livinière dans le Haut Minervois sur les premiers contreforts de la montagne noire, dans la zone du petit causse. A mi-chemin entre Carcassonne et Béziers. Les terres bénéficient d’un ensoleillement privilégié dû à son exposition plein sud et dispose d’un terroir riche et varié. La densité de plantation varie de 3500 pieds pour les plus vieux Carignan ; qui ont en moyenne 50 ans, à 5000 pieds pour les nouvelles plantations. Les plus vieilles Syrah ont une moyenne d’âge de 30 ans. Les cépages nécessitant un palissage sont la Syrah, le Merlot, et le Mourvédre.
Pour l’ensemble de ces cépages le palissage est le suivant : un fil porteur à 60 cm, un fil intermédiaire à 95 cm, plus deux fils releveurs mobiles permettant de maintenir la végétation dressée. Les piquets sont en cornière et mesurent 1m60 hors sol. Le travail du sol reste traditionnel, avec labour de l’inter rang aussi souvent que possible. L’application de produit phytosanitaire ne se fait pas systématiquement, mais après une longue et minutieuse observation de l’état sanitaire du vignoble..

En passant par La Livinière, le temps fait un bond en arrière, celui-là même qui manque tant dans nos vies bousculées. Ici on vit avec le temps et le temps, l’autre, celui que je regarde de bon matin les pieds plantés dans le sol le nez au vent, celui qui  me guide et me porte dans mes différentes tâches d’artisan vigneron : le travail de la terre, des vignes, lors des vendanges pendant la vinification et les assemblages. A la découverte chaque année d’un nouveau millésime et là, le temps, l’autre, celui qui me dit qu’il est temps de faire tel ou tel tâche. Ici, on prend ce temps : laisser s’épanouir un vin en devenir, ne pas le brusquer, l’attendre patiemment, parler de lui, le chouchouter.

Et enfin il est là ! Et il se livre à vous, bien sûr en fonction du temps il sera tantôt ouvert, tantôt fermé  là, soyez patient ! Laisser lui le temps de s’ouvrir dans le verre… un peu comme une femme… Alors prenez le temps de déguster et de vous ravir les papilles de tout ce travail : des anciens qui ont sculptés les ceps de vignes, la nature et, la passion, le travail de la génération en place.