C’est arrivé pas loin de chez vous…

Une dégustation d’AOC Minervois fait débat Place de la Bourse !

Une dégustation d’AOC Minervois fait débat Place de la Bourse !

C’est l’époque des vendanges et ce doux automne donne des envies d’escapades. Paris a repris des couleurs après le vide estival. Les terrasses refleurissent de joyeuses compagnies mais moi je prépare mon hiver. Toujours en quête d’un Restovin sympa à tester, je suis allée au Moderne place la Bourse. Un bistrot de quartier complément rénové qui a su recréer une ambiance feutrée où on se sent comme chez soi. Je suis tout de suite charmée par la petite terrasse fermée qui forme un joli puits de lumière dans cet espace un peu sombre. La décoration illustre l’amour des propriétaires pour les dives bouteilles et la carte des vins suit le même chemin. Anne-Sophie la gracieuse et souriante hôtesse en connaît un rayon question vin et m’invite à participer à une dégustation des vins du Languedoc du Domaine de Cantaussel qui fête aujourd’hui ses 20 ans. Cédric Schiltz le représentant du domaine est là pour réveiller nos sens. Il me propose un Pays d’Oc Vermentino. Comme je fais la moue (je n’aime pas trop les vins de cépage), il ne m’en sert qu’un petit peu. Goûtez-le vous y reviendrez ! Ah oui, j’avoue qu’il m’évoque les jachères fleuries de ma campagne natale : beaucoup de fraicheur et des senteurs délicates qui reflètent un vin travaillé avec soin dans le respect de la nature. C’est vrai que le Domaine de Cantaussel est certifié AB depuis 2014 ! Aujourd’hui c’est « Menu unique spécial dégustation des vins du Languedoc ». Pour moi une sorte d’avant-première d’Happy Languedoc, l’animation du Conseil Interprofessionnel des vin du Languedoc qui aura lieu du 1er au 15 décembre. Arrive un gaspacho de tomates cœur de bœuf et fraises mara des bois qui en surprend plus d’un tant il rompt avec les codes ! Nous poursuivons avec un cevice de poisson (c’est du bar) au jus d’agrumes, framboise et combawa. Le Vermentino tient toujours  la distance. Ses arômes se révèlent autrement et l’ensemble compose un concerto de goûts plutôt charmant. Allez on passe au rouge ! Le Domaine de Cantaussel est réputé pour son Minervois La Liviniere, un cru du Languedoc dont les vignes poussent en altitude sur des côteaux ensoleillés. Cedric nous fait choisir entre 3 cuvées. Dilemme ! L’Estelum 2012 (un Minervois à dominante Carignan), le Pic Saint-Martin 2012 (un Minervois La Liviniere  à dominante Syrah) et Soleillades 2013 (un Minervois la Livinière aussi, la pépite du domaine produite en très petite quantité). Bon nous n’allons pas finasser, goûtons le meilleur ! C’est simple de ne pas se tromper ! Et bien pas du tout. Soleillades est encore fermé. Il gagnera à attendre son heure de gloire, en cave protégée. Mon voisin de droite affirme que le Pic Saint-Martin est à son apogée mais mon voisin d’en face trouve que l’Estelum mérite le détour : arômes giboyeux, presque cuir, on sent un affinage long et minutieux qui lui donne un bel équilibre, des tannins fondus mais présents qui s’accordent à merveille avec le plat qui nous est servi : un onglet de veau aux truffes d’été dans un jus court accompagné de macaronis longs gratinés au parmesan. Je m’en tiens au Pic Saint Martin mon premier choix mais ça débat ferme autour de moi ! Hé oui le critère prix est aussi à prendre en compte !  Cédric me dit que le Pic Saint-Martin est un coup de cœur du guide Hachette. Ah bon ! Il va falloir se dépêcher d’en commander alors ! Pour finir en beauté, un gâteau de mousse au chocolat avec de la glace au chocolat aussi qui fait merveille avec l’Estelum. Du coup c’est difficile de faire un choix !
Miss Restovin

Le Moderne 40 Rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris 01 53 40 84 10   le-moderne.fr
Domaine de Cantaussel, 34210 Siran. Contact Cedric Schiltz : 06 12 10 85 79 www.cantaussel.fr

img_5025

 

Quand deux écoles du vin se rencontrent … On apprend deux fois plus !

Quand deux écoles du vin se rencontrent … On apprend deux fois plus !

Pour clôturer le Printemps du Languedoc-Roussillon Sud de France, je suis allée à la « Languedoc Party » de l’École du vin de France quai Bourbon dans le 4eme à Paris. L’École du Vin du Languedoc offrait là une démonstration de ses talents dans le magnifique caveau de l’École du vin de France, en présence d’une centaine d’invités.

Une soirée placée sous le signe de la découverte avec une sélection très fine des vins les plus représentatifs de chaque appellation du Languedoc… Un voyage œnologique languedocien accompagné par une charmante et très compétente guide : Marion, dans le décor théâtral d’un authentique caveau parisien…
On ne pouvait pas rêver mieux ! Marion avait déployé sa carte et nous présentait chaque terroir en les pointant du doigt et en expliquant comment les particularités de chacun influençaient le goût du vin. Des vins de l’appellation régionale Languedoc mais aussi des Grands Vins : Minervois, Saint-Chinian, Languedoc Pézenas… et des Crus : La Clape par exemple dont César lors de la conquête de la Gaule (IIème siècle avant JC) offrit le terroir aux meilleurs éléments de sa troupe et qu’ils plantèrent de vigne sur ses coteaux.

Olivier Thiénot veillait à ce que ses invités ne manquent de rien et avait prévu des spécialités de terroir simples et authentiques pour accompagner les vins. Une belle soirée qui s’est achevée en musique dans une ambiance amicale et décontractée en accord parfait avec les vins AOC du Languedoc.

École du Vin de France – 48 rue baron le Roy 75012 Paris
Tél. : 01 43 41 33 94 www.ecoleduvin.com


École du vin du Languedoc – Maison des vins du Languedoc Mas de Saporta – CS 30030 34973 Lattes Cedex
Tél. : 04 67 06 04 44

IMG_3596IMG_3605

 

Les Minervois bio ont fait leur show au Dit Vin, rue Blanche et c’était divin !

Les Minervois bio ont fait leur show au Dit Vin, rue Blanche et c’était divin !

Mercredi 6 avril, on fêtait le « Printemps du Languedoc-Roussillon » à deux pas du Moulin Rouge dans un petit bistrot au nom évocateur : le DIT VIN ! – J’aime bien les vins qui s’expriment – ça tombait bien, il y avait ce jour là une dégustation des vins de l’antique domaine de Cantaussel, propriété de Claude et Jean-Luc Bohler-Peltier, située à 4 km au nord de Siran, aux confins ouest du département de l’Hérault (34).

Fabrice Guillemet, le patron du Dit Vin, est une vedette. Ex-journaliste, il se passionne pour la gastronomie et avec son franc-parler et son humour, il installe d’emblée la bonne humeur. Cette rencontre avec les Minervois du domaine de Cantaussel est une première et c’est tout naturel pour lui de les inviter, dans son charmant et pittoresque restaurant à l’occasion du « Printemps du Languedoc-Roussillon ». Fabrice me dit qu’il y a longtemps que ses clients apprécient les vins du Languedoc. Ici, au Dit Vin, on est comme chez soi. Bouteilles ouvertes sur les tonneaux sur le trottoir, personne ne résiste à l’appel du bouchon et des verres qui tintinnabulent à l’heure de l’apéro. Le temps se gâte, pas grave on se serre sous le store et on se réfugie à l’intérieur ! Cédric, le sympathique représentant du domaine de Cantaussel nous sert sa cuvée l’Estelum en précisant que c’est un grand vin AOC Minervois issu de vignes âgées de 25 à 55 ans, avec une dominante carignan. Notes de fruits rouges très mûrs, bouche cassis et griotte, une attaque franche et des tannins présents mais ronds. C’est dommage de le boire seul ! dit Cedric mais Fabrice a tout prévu et offre son boudin noir landais et une saucisse sèche à la perche. Hum… Pas mal du tout ce Minervois confirme Fabrice en terminant son verre. Je le verrais bien avec une viande blanche, un gigot d’agneau ratatouille, des légumes du soleil ou encore un bœuf carottes au cidre. C’est un vin facile au premier abord mais complexe dans le fond. Un vin féminin en quelque sorte ! Demain je le servirai avec mon échine de porc au thé et au gingembre cuite 5 h à basse température.
Nous passons au Minervois La Livinière : le Pic Saint-Martin 2011, un cru du Languedoc à dominante syrah, élevé 24 mois en fûts de chêne. Ah oui, c’est plus gastronomique, très fin ! s’exclame Fabrice. Rachelle, une journaliste d’un magazine parisien est charmée par sa noblesse, sa finale giboyeuse et le fait qu’il soit bio. C’est incroyable comme ils ont changé, les vins du Languedoc ! Quel plaisir ! Une actrice rejoint son amie assise au fond de la salle. Vous devriez goûter ces vins, ils sont bios et vraiment très bons ! leur dit Fabrice. D’accord pour le rouge, mais vous n’avez pas autre chose que de la charcuterie ? Nous sommes végétariennes !  Pas simple le métier de restaurateur !

Miss Restovin

Le Dit Vin – 68 rue Blanche – 75009 Paris – Tél. : 01 45 26 27 37

Dégustation au Dit Vin   Dégustation au Dit Vin  Dégustation au Dit Vin

Charles-Walter Pacaud et ses Terrasses du Larzac à la conquête de la Bretagne

Charles-Walter Pacaud et ses Terrasses du Larzac à la conquête de la Bretagne

Rennes, vendredi 11 décembre 2015. C’est soir de match dans la capitale bretonne. Les rouges et noir reçoivent Caen. À quelques mètres du Roazhon Park où se pressent déjà les supporters, une douce effervescence s’est emparée du V&B. Ici on se presse autour de Charles-Walter Pacaud, venu spécialement du Languedoc pour présenter les vins de son domaine La Croix Chaptal. L’artisan-vigneron n’est pas là en terre inconnue : « La Bretagne est un pays conquis depuis très longtemps par les vins du Languedoc. Les Bretons ont été parmi les premiers amateurs à comprendre l’évolution et la qualité de nos vins », remarque-t-il. Aussi, c’est avec plaisir qu’il revient à Rennes pour faire déguster notamment ses Terrasses du Larzac.

Des cuvées très prisées
En tête des AOC Terrasses du Larzac, la Cuvée Charles, la cuvée historique.
Quand en 1999 j’ai acheté le domaine et réalisé mon rêve d’étudiant, je rêvais de faire ce vin, précisément. C’est un aboutissement. J’ai réalisé l’assemblage dès la première année. Aujourd’hui la Cuvée Charles est le porte-drapeau du domaine, une valeur sûre des Terrasses du Larzac, confie Charles-Walter Pacaud. Et ce ne sont pas Karine et Sophie, en connaisseuses, qui le démentiront :
Au début, nous avons senti des notes de cuir, puis très vite c’est le musc qui prend le dessus, il est bien prononcé dans la Cuvée Charles, apprécie Karine
Le cuir se retrouve vraiment plus sur la Cuvée Déodat de Séverat !, renchérit Sophie.
Cette cuvée est plus originale, je l’ai imaginé en l’honneur du moine Bénédictin qui aurait planté les premières vignes du domaine au Xème siècle, elle porte son nom, répond le vigneron.

Une géologie exceptionnelle
À 30 kilomètres au Nord-Ouest de Montpellier, les glaciers et torrents ont transporté des roches du Larzac – calcaire, granit, silex, schiste, basalt – lesquelles se sont déposées là en terrasses géologiques. Les Terrasses du Larzac étaient nées ! Et les photos du domaine exposées par Charles-Walter Pacaud interpellent les dégustateurs d’un soir, ils notent notamment celles où on voit de l’herbe entre les ceps :
Oui, c’est assez rare, mais moi je pratique en effet l’enherbement naturel maîtrisé depuis 2000, cela permet un vrai respect de la biodiversité, raconte alors le propriétaire du domaine.
En amatrice éclairée, Karine goûte l’ AOC du Languedoc « Les Sigillées », un vin fin et minéral justement, dans lequel s’expriment toutes ces roches millénaires !
Il est très fleuri, il y a une touche de pamplemousse et une belle fraicheur, atteste la jeune femme avant d’ajouter : il est idéal pour un apéritif ou sur un poisson.
Oui, c’est un vin facile, accessible, on peut aussi idéalement le servir avec une jolie tarte aux poireaux, conseille le vigneron
Karine approuve : Bien sûr ! Je n’y avais pas pensé !

Quand le Languedoc convainc une jeune femme élevée dans le vignoble du Muscadet !
Quand Emilie entre au V&B ce vendredi soir elle n’a aucun a priori. Pourtant, la jeune femme donne immédiatement le ton : J’ai été élevée dans la Muscadet vous savez… Je ne pense pas spontanément aux vins du Languedoc, alors je vais goûter.
La Cuvée Charles, la Cuvée Déodat de Séverat… Emilie semble apprécier… verdict ? Il est bon !  lance-t-elle un grand sourire aux lèvres, conquise !

Tout comme d’autres jeunes gens venus au V&B comme ils le font avant chaque match de foot, pour boire une bière et qui repartiront ce soir-là sous le charme des vins du Languedoc et surtout des Terrasses du Larzac.
Il n’y a certes pas de vignes en Bretagne, mais les Bretons savent goûter et apprécier à leur juste valeur les bons vins !

Miss Restovin Bretagne

V&B – 222 route de Lorient – 35000 RENNES – tél : 02 99 54 48 29 – www.vandb.fr/magasin/rennes/

V&B_rennes  Emilie---copie  Avec-du-chocolat---copie

Rencontre de l’AOC Minervois à La Bouteille sur Table, ça c’est… Happy Languedoc !

Rencontre de l’AOC Minervois à La Bouteille sur Table, ça c’est… Happy Languedoc !

La vie parisienne n’est plus celle d’Offenbach. Elle a du plomb dans l’aile… Et pourtant elle tient bon. Ce soir, c’est Happy Languedoc à La Bouteille sur Table, un petit bar à vins très sympa du XVIIe qui reçoit un vigneron de l’AOC Minervois, les grands vins du Languedoc millésimés par les vents. On y courre !
Avec toute ces bouteilles contre les murs, vous vous demandez d’abord si vous n’êtes pas dans une vinothèque. Mais très vite on est dans le bain. Quel accueil ! Georges et Olivier, les hôtes des lieux ont un sens inné de l’hospitalité. Ils nous présentent Monsieur Pujol, le propriétaire du domaine Pujol-Izard, un vin de l’AOC Minervois, tenu par sa famille depuis plus de 100 ans. Et là, ça ne traine pas, ils vous offrent tout de suite un verre. Laissez vos soucis sur le pavé…vous êtes bien chaussés, ça va grimper !

Tout d’abord ce qui saute aux yeux c’est une sorte d’osmose entre La Bouteille sur Table et ce vigneron du Minervois qui pratique depuis 20 ans les principes de l’agriculture raisonnée sur les « balcons de l’Aude » entre Carcassonne et le canal du Midi. « Plus d’engrais chimiques, seulement de l’organique agréé bio ». Son credo : restituer au sol tout ce qu’il faut pour être vivant ! « Nous faisons pousser des semis de céréales entre nos rangs de vigne, ce qui permet de restituer des pailles et maintenir la terre en évitant l’érosion. Au printemps, vous verriez ça ! Le paysage est magnifique. Nous favorisons aussi la pousse de roquette blanche en hiver sur les rangs cultivés, car les racines pénètrent le sol et favorisent les populations de vers de terre qui sont de véritables cultivateurs de nos sols par leurs galeries profondes».

Ici à La Bouteille sur Table, vous êtes chez vous (sauf qu’il faut réserver 24h à l’avance) et vous pouvez goûter toutes sortes de vins sans faire de manière en grignotant quelque chose de bon. Il n’y a que des produits bio ou certifiés d’origine. Charcuterie, fromage, petits plat, salade, tout est bon et le prix raisonnable. Les vins de M. Pujol sont dans l’esprit du lieu. La cuvée Mozaïque à dominante grenache exprime avec une belle vivacité ses arômes de fruits rouges et d’épices. La cuvée Vieille vigne issue de vignes de 30 ans en syrah, 50 ans en cinsault et grenache et 60 ans en Carignan, est plus souple. Les notes très présentes de fruits rouges et d’épices douces reflètent un élevage long et attentif en cuve. Puis nous passons à la grande Réserve, dominée par la Syrah, élevée partiellement en fûts de chêne. Un vin splendide avec un nez de fruits rouges confits, une bouche toute en fraicheur et des tanins délicatement présents qui laissent une belle persistance en bouche. Parfait avec un confit d’agneau.
Enfin pour finir en beauté, la Cuvée Saint Fructueux nous réjouit les narines et les papilles d’une palette d’arômes à n’en plus finir : griotte à l’eau de vie, réglisse noire, gingembre, grillé, bois précieux.

Ainsi, grâce à Happy Languedoc, j’ai appris que le bien vivre ensemble est à la portée de chacun et qu’il n’y a pas qu’au Bhoutan qu’on s’intéresse à une production respectueuse de l’environnement. Merci Monsieur Pujol d’être venu jusqu’à nous. Promis l’été prochain c’est nous qui irons vous voir et bravo à La Bouteille sur table pour son accueil si chaleureux.

Happy Languedoc nous réserve encore plein de surprises dans 200 bars à vins de Paris, Lille, Rennes et Toulouse jusqu’au 15 décembre.
Découvrez le programme ! Programme Happy Languedoc

Miss Restovin

La bouteille sur table – 2 passage Geoffroy-Didelot – 75017 Paris • Tél. : 01 53 04 98 91 – La bouteille sur la table

 

photo3  photo2

 

Dégustation  au Grand 8 : ça vaut 10 !

Dégustation au Grand 8 : ça vaut 10 !

D’abord il faut remonter jusqu’à la butte Montmartre, aux pieds de la basilique du Sacré cœur pour apercevoir la vue du dôme, flottante dans sa brume d’automne, presque féérique. Ce premier tableau vous fait voyager dans le temps jadis. Ce lundi midi la rue Lamarck est très calme. Mais où sont les gens ?? Au Grand 8 pardi ! Trottoir en fête, invités rassemblés autour d’un tonneau verres en main et verbes choisis pour commenter leurs découvertes. Nous y voici ! À l’intérieur c’est noir de monde il faut se faufiler. c’est tout petit le Grand 8 ! Le patron très cordial ressemble à Gérard Jugnot et veille sur tout avec bienveillance. 20 producteurs présentent pas moins d’une centaine de vins sélectionnés par Matthieu. Je commence par le champagne, un brut nature assemblé pinot noir et chardonnay de Ruppert / Leroy bien connu des initiés. Suit un rosé de saignée brut de la famille Fleury à Courtenon (excellent) et un petit dernier au doux nom : la sonate nº10 opus 10, extra lui aussi. Car ici c’est une découverte en or pur qu’on vous propose. Des vins de producteurs « façonnés maison » inconnus au bataillon des médias : des cuvées authentiques qui fleurent bon leur origine et l’amour des vignerons. Ils sont tous tellement tentants que je ne sais lequel choisir ! Allez ! je me décide pour l’AOC Languedoc blanc de Sabine Durand propriétaire du domaine la Triballe à Guzargues. Le vin de cette cuvée « Aphyllanthe » est créé pour nous les femmes : fruité, frais avec un nez de poire et de fleurs d’acacia et un bouquet d’arômes miellés aux notes d’amandes. Magnifique ! Normal m’explique-t-elle nous sommes sur un terroir argilo- calcaire avec 70% de cépage rolle et 30% de roussane qui sont bien adaptés à ce terroir. Vous goûtez un coup de cœur de la Revue du Vin de France. Il a été élevé sur lie pendant 4 mois . Ah c’est pour ça qu’il est unique !  Maintenant je passe au rouge (je vous rassure ici les crachoirs ne manquent pas et et je m’en sers à chaque fois ) : l’AOC Languedoc « toutes Aures » 2014 à dominante Carignan avec une belle fraîcheur et des notes mentholées en finale. Mais ce n’est pas tout ça ! je bavarde, et d’autres merveilles m’attendent. A l’allure où ça va il n’y en aura pas pour tout le monde! Dommage ce n’est pas possible de déjeuner au Grand 8 aujourd’hui, pourtant le fumet qui émane de la cuisine m’a ouvert l’appétit : Un bœuf bourguignon, me dit le chef C’est pour les vignerons ! Revenez nous voir un soir, on vous régalera ! Ici on ne fait rien comme tout le monde. Message reçu. Si les plats sont aussi bons que les vins, le Grand 8 aura bientôt sa place sur restovin !

Miss Restovin

Le Grand 8 – 8 Rue Lamarck, 75018 Paris – Tél : 01 42 55 04 55 Facebook

legrand8-3

Miss Restovin fait sa rentrée au café LA PERLE  avec le “Club des Fossettes”

Miss Restovin fait sa rentrée au café LA PERLE avec le “Club des Fossettes”

Lundi 31 août, dernier jour de vacances. C’est le jour choisi par le “Club des Fossettes” pour faire sa rentrée. Constitué de femmes amatrices de vin, travaillant pour la promotion, l’éducation, la défense ou dans la communication vin (beaucoup de bloggeuses), elles ont en commun d’aimer les rencontres gustatives simples et sans prise de tête, de sourire à la vie en toutes occasions et d’être des butineuses curieuses.

Elles sont presque toutes là ce soir au café “La Perle” 78 rue Vieille du Temple dans le 3e, une adresse dont on parle dans tout le quartier mais une découverte pour moi. Un vrai p’tit café-terrasse comme on les aime…

Mais que viennent faire les Fossettes ici ? Fréderic Panaïotti, le chef de cave du champagne Ruinart, Mister Tasting 2015 du Grand Tasting du Louvre, élu par les Fossettes, nous accueille et il n’est pas venu les mains vides ! “Une petite coupe de Blanc de Blanc ça vous dit ? Son cépage chardonnay est issu de la Côte des Blancs et de la Montagne de Reims. Les vendanges démarrent en ce moment et les chardonnay sont bien lancés : leur capacité aromatique est plus avancée sur le terroir de la Côte des Blancs. Il y a plus d’hétérogénéïté de maturité pour les pinots. Les vendanges sont prometteuses, nous aurons sûrement une petite récolte et un grand champagne mais on ne peut pas garantir encore le Millésime.”

En attendant le Blanc de Blanc Runinart est une pure merveille !… un nez intensément fruité où fleurissent les agrumes (citron, cédrat…) et les fruits exotiques (ananas, fruit de la passion…). Viennent ensuite des touches de fleurs (jasmin) et de fruits charnus (pêche blanche, baie rose). Tout ce qu’aiment les Fossettes ! Et Frédéric en parle très bien aussi sur le site Ruinard : www.ruinart.com/fr-e/les-vins/ruinart-blanc-de-blancs

« Bon tout le monde est là, on va pouvoir y aller ? Vous êtes bien chaussées ? » annonce Jean-Philippe le maître des lieux, en regardant nos pieds « Ah bon ? on va autre part ? Je n’ai pas trop prévu de circuler, c’était juste un apéritif ! Ou va t-on ? » « A la cave ! » Jean Philippe soulève une trappe et nous nous engouffrons dans un minuscule escalier en colimaçon qui débouche sur un non moins minuscule caveau où pourtant toutes les fossettes arrivent à tenir même en riant ! Une belle partie de rigolade cette descente au caveau en petites robes et talons aiguilles ! Jean-Philippe jouant de la télécommande referme la trappe et fait pivoter ses rayonnages de bouteilles de champagne autour des fossettes émerveillées. Puis une autre porte s’ouvre sur un deuxième caveau au milieu duquel trône une belle table éclairée aux chandelles, couverte de verres et d’assiettes remplies de jolis petits légumes marinés de toutes les couleurs ! Waouh … Un vrai caveau d’Ali baba ! Puis les verres se remplissent de champagne rosé et bientôt nous oublions l’exigüité du lieu pour nous concentrer sur les arômes et les associations gustatives qui se mettent à défiler pour le plus grand plaisir de nos papilles. Le chef connaît son affaire, il prépare tout sous nos yeux et explique ce qu’il fait. Instructif ! J’ai particulièrement aimé les betteraves blanches et rouges cuites au four 2h dans la croute de sel puis poêlées sous mon nez.

23h, c’est l’heure de rentrer, la soirée n’est pourtant pas terminée ! Ce café « la Perle » porte bien son nom. Il faudra que je revienne incognito dans quelques temps ! Et si sa carte des vins est à la hauteur de la qualité de sa cuisine et de son accueil (exceptionnel !) il sera bientôt en bonne place sur le site Restovin.

Bravo Séverine et Pauline (les Fossettes en chef) et merci Frédéric et Jean-Philippe pour cette soirée qui nous a rempli de joie et de bonheur ! Nous voilà parées de beaux sourires que nous allons essayer de garder jusqu’à notre prochaine rencontre !!

La perle – 78 rue vieille du temple – 75003 Paris  (angle de la rue de la perle) – Tél : 01 42 72 69 93 – http://cafelaperle.com/

foss3  foss2  foddr1

C’est la fête ! Les vendanges 2015 nous promettent déjà un excellent millésime !

C’est la fête ! Les vendanges 2015 nous promettent déjà un excellent millésime !

Les vendanges ont commencé en France : en Provence, dans le Beaujolais, en Languedoc-Roussillon, en Bourgogne, …Et elles s’annoncent prometteuses ! J’adore ce moment où les spéculations vont bon train. 46…46,5… millions d’hectolitres ? Les pronostics sont ouverts.

La France va t-elle garder son titre de championne du monde de producteur vin ?

En tout cas, une chose est sûre, s’il y a un secteur où la météo décide de tout, c’est bien celui là. Le début de l’été a été marqué par des périodes de fortes canicules et la végétation commençait à présenter des signes de stress hydrique dans certaines régions à la mi-juillet (nous aussi par moment !!). La récolte devrait être en légère baisse par rapport à l’année dernière(-1%) mais elle restera toutefois supérieure à la moyenne des 5 dernières années. Ouf ! La météo étant incertaine, ce qui fait son charme, les récentes pluies peuvent encore nous permettre d’envigager des prévision à la hausse. Nous ne manquerons pas de bon vin cette année !

Chaque vignoble a son histoire météorologique : il y aura donc des disparités de récoltes d’un vignoble à l’autre mais tous présentent la même tendance qui dessine le millésime 2015 : “le millésime le plus précoce jamais enregistré avant ceux de 2003 et 2006” nous dit M. Despey (président du Conseil vin de FranceAgriMer)

D’accord, mais est-ce bien pour le vin un Millésime précoce ? Oui car c’est “plutôt un bon millésime vers quoi nous nous tournons cette année, grâce à une maturité optimale, avec des saveurs et une vinification qui est prometteuse” explique M. Despey.

Conclusion : la vigne aime la chaleur, ça éloigne les maladies (oïdium et mildiou) et un peu de sécheresse de temps en temps ne lui déplait pas non plus. Par contre elle supporte assez mal le climat pluvieux. Je comprends mieux pourquoi il y a si peu de vigne en Angleterre !

Bourgognes Gourmands au Rouge et le Verre : duel de Pinot noir !

Bourgognes Gourmands au Rouge et le Verre : duel de Pinot noir !

En ce moment les Bourgognes Gourmands déploient leurs charmes dans certains Restovin . Voulant voir à quoi ça ressemblait je mis le cap sur la rue de Maubeuge (IXe) et j’accostai au Rouge et le Verre chez Nathalie et Albert Scicluna. Le Rouge et le Verre aurait pu s’appeler la bibliothèque des belles bouteilles. Les murs sont remplis de bouteilles toutes plus prometteuses les unes les autres, le temple du jaja ou la cave d’Ali baba comme vous voulez ! On est ébloui ! Et puis très vite Nathalie vous accueille et vous installe à sa meilleure table car dans un endroit pareil toutes les tables sont bonnes ! Tout de suite on se sent chez soi, et surprise ce soir il y a un duel de pinot noir : deux vignerons de 2 vignobles présentent leurs vins autour d’un menu bourguignon ( Bourgognes Gourmands oblige ! ) typique et soigneusement préparé jouant la carte du retour aux fondamentaux : ingrédients de première qualité, fait maison, service parfait. Un menu Bourgognes Gourmands composé d’un jambon persillé ou de 6 escargots de Bourgogne, une pintade aux mirabelles avec une purée maison et un plateau de fromage de Bourgogne d’exception apporté directement de Bourgogne par le vigneron en personne qui est là devant moi. Olivier Heimbourger propriétaire du domaine Heimbourger, me suggère pour accompagner mes escargots son Chablis . Ça tombe bien je ne sais jamais quoi servir avec les escargots ! En effet le Chablis d’Olivier Heimbourger est un peu vif et sa fraîcheur compense la chaleur des escargots. Mais c’est surtout son attaque franche et ses arômes qui me plaisent. Le duel n’a pas lieu dans ma bouche. Je ne ressens qu’harmonie et richesse, le tout s’équilibrant à merveille . La pintade aux mirabelles s’accommode quant à elle d’un Bourgogne Irancy cuvée Pierre 2012 composé à 95% de pinot noir et d’un vieux cépage local : le César. Olivier prend le temps de nous expliquer que c’est un vin d’élevage qui est passé un peu en barrique mais pas trop.

Le Rouge et le Verre – 8 rue Maubeuge – 75009 Paris – Tél. : 01 48 78 68 43

RGA_Rougeetleverre93 RGA_1332 RGA_1334

© photos : RGA