C’est arrivé pas loin de chez vous…

Pour… un petit tour… au petit jour … dans le bus du printemps du Languedoc-Roussillon !

Pour… un petit tour… au petit jour … dans le bus du printemps du Languedoc-Roussillon !

Jeudi matin j’étais descendue acheter du pain quand me pris l’idée d’acheter aussi du vin. Les repaires de Bacchus étaient à trois pas, ça tombait bien. Quelle ne fut pas ma surprise d’y trouver autant de monde à cette heure avancée de la matinée ! « C’est pour une conférence de presse » me dit-on à voix basse. « Ah oui très bien ! Mais en quel honneur ? Que va-il se passer de si important ? Et pourquoi ici 18 rue Daguerre chez mon caviste préféré ? » Curieuse comme une chouette je me glissais dans mon habit de Miss Restovin et prenais la pose discrètement, bloc en main, de la journaliste arrivée un peu en retard  sous l’œil bienveillant d’une organisatrice qui m’avait reconnue. C’est ainsi que j’appris que les vins du Languedoc-Roussillon lançaient une opération annuelle Le Printemps du Languedoc en proposant cette année un City wine Tour les 10 et 11 avril prochains pour découvrir Paris et les vins du Languedoc-Roussillon en même temps. Un bus de la RAPT attendait derrière la place Denfert Rochereau pour montrer à tous les journalistes ici présents à quoi ressemblerait ce City Wine Tour. Je demandai la permission de les suivre et l’obtenai très gentiment.

C’est ainsi que j’embarquai avec la joyeuse compagnie dans ce bus parisien pour une périple Languedocien. Dans le bus super aménagé pour l’occasion, une charmant serveur avec nœud papillon m’offrit une coupe de Blanquette de Limoux et je m’installais à une table de 4 pour la déguster avec olives et gressins. Notre dégustation fut joliment commentée par Monsieur Philippe Cros, le formateur maison du Conseil Interprofessionnel des vins du Languedoc qui croyez moi, en connaît un rayon en Blanquette de Limoux. Puis nous avons eu droit à un vrai cours d’économie grâce à Monsieur Villaret qui tanguait un peu debout dans le bus avec ses chiffres et ses graphiques tandis que je sirotais distraitement ma Blanquette en regardant tantôt la ville tantôt les courbes de Monsieur Villaret. C’était vraiment sympa.

Ensuite le bus s’arrêta 146 rue du Château dans le XIVe et tout le monde descendit dans un autre repaire : celui du restaurant attenant aux « Crus du Soleil » autrement nommé les Rouquins, un bistrot à vin authentique et réservé aux amateurs éclairés (l’entrée n’est pas identifiée) où nous fumes accueillis en amis par Serges Lacombe, l’hôte des lieux, grand amateur et sélectionneur de vins du Languedoc. Au menu une magnifique chiffonnade de jambon et saucisson à se partager, un agneau de lait rôti, du fromage de chèvre et du Roquefort et un fondant au chocolat parsemé de zeste de citron vert. Tout ceci accompagné des vins adaptés, Picpoul de Pinet et Languedoc blanc sur l’entrée et le fromage, Corbières et Languedoc rouge sur la viande et même un Maury sur le dessert ! Un délice !

Enfin tout ceci n’est qu’un échantillon de ce que nous préparent les vins du Languedoc et Sud de France les 10 et 11 avril 2015 :
4 demi journées au choix avec au programme un parcours dans un Paris insolite commenté en duo par un guide passionné de Paris et un professionnel des vins du Languedoc. Des dégustations aux repaires de Bacchus (le 10 avril) et aux Crus du Soleil (le 11 avril) avec pour ce dernier plus de 15 producteurs d’ AOC du Languedoc présents sur la place qui fait face aux Crus du soleil 146 rue du château : Languedoc Pic Saint Loup, Minervois, Corbières, Limoux, Faugères, Saint-Chinian et bien d’autres… Un déjeuner typiquement du sud en présence des producteurs, dans 2 des meilleures brasseries de Paris : le Petit Sommelier 49, avenue du Maine dans le XIVe ( le 10 avril) et Le Sully 6, boulevard Henri IV dans le IVe ( le 11 avril)
–> Inscrivez-vous à l’événement Printemps sur Facebook
Bonne nouvelle : nous déjà pouvons réserver notre place dans le bus du printemps du Languedoc-Roussillon Billeterie City Wine Tour

Miss Restovin

int bus  rouquin  repaire

Heureux les parisiens ! Le Mesturet a reçu chez lui un grand vin AOC Languedoc La Clape : le Château Ricardelle

Heureux les parisiens ! Le Mesturet a reçu chez lui un grand vin AOC Languedoc La Clape : le Château Ricardelle

Paris, IIe, rue de Richelieu, 19 décembre 2014, 14°.

Ce n’est pas le degré d’un vin un peu trop ensoleillé, mais la température dans la rue ! Y aura-t-il de la neige à Noël ? Bonne question pour deux parisiennes qui ne pensent qu’aux pistes. Avec cette douceur c’est mal parti !

Nous en étions là de nos réflexion, quand un tonneau planté au milieu du trottoir nous arrêta. Le Château Ricardelle s’était installé là, juste devant “Le Mesturet”, une “auberge de ville”, mais pas n’importe laquelle, celle d’Alain Fontaine, Maître Restaurateur s’il vous plait !

Thomas, le vigneron, nous offrit un verre en nous expliquant que c’était un miracle qu’il se trouve ici. “Nous aussi pensions-nous !” et il nous raconta son histoire :
Vendredi 13 juin 2014 le pire cauchemar s’est produit chez nous : une pluie de grêle s’est déchainée pendant 45 minutes avec pour épicentre le vignoble du château Ricardelle, endommageant la totalité des 38 hectares de vigne. Pour la première fois de notre histoire, nous n’avons pas vendangé cette année, nous dit-il, avec regret. En dégustant cette cuvée, vous participez au soutien de notre propriété qui existe depuis 6 siècles dans le terroir de l’AOC Languedoc La Clape, ainsi qu’à la motivation de toute l’équipe, soudée pour affronter cette période difficile. Merci.

Très émues, nous nous décidâmes de poursuivre notre bonne action à l’intérieur. Bonne idée ! A l’occasion d’Happy Languedoc, le patron du Mesturet, Alain Fontaine, avait prévu une assiette “repas du Sud” à 10 €, une aubaine pour les parisiennes pressées mais gourmandes dans notre genre : Petit pâté de Pézenas délicatement épicé, une belle portion de poulet fermier rôti, olives de Lucques et riz sauvage de Camargue, avec le nom du producteur écrit sur le menu “au cas où”, mais pas d’erreur, c’était vraiment un bon poulet fermier comme autrefois, Maître Restaurateur oblige ! Et pour finir, du fromage et une adorable petite crème brûlée parfumée à la fleur d’orangée.

En sortant, toutes nos idées reçues s’étaient envolées : oui, on peut déjeuner vite, bien et pas cher à Paris avec un ou 2 verres de vin et retourner travailler le cœur joyeux !

Miss Restovin

Le Mesturet – 77 rue de Richelieu – 75002 Paris – Tél. : 01 42 97 40 68

Happy Languedoc au Vaudésir … Chut ! Il faut pas l’dire !

Happy Languedoc au Vaudésir … Chut ! Il faut pas l’dire !

En cette fin de semaine grise et froide, j’ai rêvé d’un bistrot où j’irais me réchauffer en sortant du boulot. Ce soir là, comme d’habitude, il pleuvait à verse et le Vaudésir exceptionnellement ouvert ce soir-là, me tendait ses bras. Avec un nom comme ça, on n’y réfléchit pas à 2 fois !

Christophe et Michèle m’ouvrirent fièrement leur porte : Entrez donc Pauvre Dame toute trempée ! Ce soir c’est Happy Languedoc et Charles Walter Pacaud en personne, propriétaire du Domaine de La Croix Chaptal, est venu de Saint André de Sangonis, dans le Sud, pour nous faire découvrir ses AOC du Languedoc !
Il faisait bon, il faisait chaud dans ce bistrot d’autrefois, pas tout neuf, mais authentique, avec des vrais gens tous mélangés : des jeunes, des vieux, des blancs, des colorés, des français, des étrangers, des habitués, un maçon, un photographe, une chanteuse, un agent immobilier,  des passants d’ici et d’ailleurs, bien contents comme moi de se trouver rassemblés là… Charles, bouteille à la main proposait son vin avec simplicité : Je vous fais gouter pour commencer mon AOC Languedoc blanc « Sigillés »  : un assemblage de 2 cépages Clairette rosée et Roussane.
Surprenant la Clairette rosée ! Je ne savais pas que ça existait ? dit une dame
–  Oui c’est un cépage rare que j’ai développé à partir de quelques pieds. Je suis le seul à le cultiver dans tout le Languedoc. Vous le reconnaissez à ses arômes de groseilles à maquereau et de pamplemousse rosé, légèrement minéral.
– Ah oui, c’est subtil mais en cherchant bien je reconnais les arômes que vous évoquez ! C’est troublant des arômes rosés sur du vin blanc… dit une autre
– C’est dans la peau, qui est rosée, que se concentrent  les arômes, la pulpe elle est blanche !
Michèle apporta des terrines, des pâtés et des rillettes qu’elle avait préparées et là difficile de ne pas devenir addict du pâté !  Installée en amis dans la salle à manger joliment décorée aux couleurs d’Happy Languedoc, une délicieuse assiette de supions et de moules aux accents du sud nous fut servie promptement.
Puis vint la « Macarinade » spécialité sétoise d’origine italienne, revisitée par Guy le cuisinier, un as, un champion !
–  C’est tout simple ! nous dit-il en nous révélant la recette.
– Heu… Pas pour moi dit une dame, rosissant de gourmandise, mais quel délice et en plus c’est de saison un plat pareil ! Bravo !
Marié au Languedoc rouge « Sigillés », un assemblage de Syrah, Grenache et Mourvèdre, à la fois équilibré, rond, puissant mais pas dominateur ; sur ce plat corsé ça donnait un bel accord. Attrapant Charles au vol entre 2 tables, un monsieur lui demanda ce que signifiait « Sigillès » :
C’est le nom des fragments de poteries romaines qu’un vendangeur étudiant en archélogie a trouvé dans le sol chez moi. Il en avait ramassé tout un seau !
–  Ah oui ! ça veut dire que votre terre devait être cultivée déjà au temps des romains !
– Sûrement, mais ça, c’est une longue histoire,  il faudra venir nous voir, je vous parlerai de Déodat de Séverat, le moine fondateur du Domaine, c’est sûr il ne s’est pas installé là par hasard ! 
L‘assiette de fromages du Sud qui suivit (chèvre et bleu des Causses) me rappela la simplicité des auberges de campagne et confirma cette impression d’être très loin de Paris. Nous serions bien volontiers revenus au Sigillès blanc pour l’accompagner mais nous n’avions pas fini notre rouge ! Nous avons donc opté pour une pause aquatique.
Enfin arriva une crème catalane aux saveurs explosives. Michèle nous révéla alors son secret : une goutte de curaçao à la place de la fleur d’oranger ça réveille les épices : badiane, vanille, cannelle et zeste d’oranges. Mais chut… Il faut pas l’dire !
– Ca ira très bien pour finir votre rouge, qui lui aussi, révèle des arômes d’épices ! nous confit Charles à l’oreille.
Puis vint le moment de quitter ce lieu enchanté. L’addition toute mignonne était conforme à ce qui nous avait été annoncé : 20 € par personne, plus les vins, c’est pas exagéré… De quoi repartir en chantant sous la pluie avec les joues bien ensoleillées ! Mais chut !… Il faut pas l’dire !

Miss Restovin

Le Vaudésir, Christophe et Michèle, 41 rue Dareau 75014 Paris – Tél. : 01 43 22 03 93 du lundi au vendredi de 12h à 14h – Bar de 7h30 à 20h – http://www.bistrot-levaudesir.com/

vaudesir2_V2 vaudesir3_V2 vaudesir4_V2 vaudesir5_V2

3 INVITES D’HONNEUR AU SALON DES OUTSIDERS

3 INVITES D’HONNEUR AU SALON DES OUTSIDERS

A suivre attentivement ce « Salon des Outsiders » (Le Salon des vins qui met à l’honneur le goût avant l’étiquette), dont la seconde édition s’est tenue les 21 et 22 novembre quai de Valois à Paris.
Cette manifestation, organisée par Fabrice Léger avec le concours du critique indépendant des vins de Bordeaux Jean-Marc Quarin, proposait une très belle sélection de Bordeaux blancs liquoreux, blancs secs et rouges des rives gauche et droite, digne de figurer au pré-panthéon des nectars Girondins…
Pour jouer un peu les « cocottes » j’ai privilégié une visite aux stands des « Invités d’Honneur » dont précisément un certain Chante Cocotte me tendait un verre. Cet IGP atypique provenant d’une vigne complantée en Merlot âgée d’un quart de siècle, à Foncouverte dans l’Aude, ne bénéficie pas d’une appellation languedocienne pour non conformité cépagière mais exhale des arômes de cassis de chocolat et d’épices digne des meilleurs nectars. Cerise sur le gâteau, le Chante Cocotte est produit par un vigneron atypique – Régis Franc – déjà connu à travers ses bandes dessinées (Le Café de la Plage, Tonton Marcel, Monroe Stress…) et ses romans, ses toiles, son film… bref ce vin vaut le détour, son géniteur également !
Non loin de là, à Saint Laurent de la Cabrerisse, la famille Bordelaise Courrian (Château Tour Haut Cassan – Médoc), concocte à base de Carrignan très vieux à petit rendement, de Grenache noir, de Cinsault et de Syrah, un Corbières de derrière les fagots nommé Château Cascadais (des cascades superbes jouxtent la propriété !).
Encore plus loin… alors là vraiment beaucoup plus loin,  au Chili La Regalona propose un vin superbe en deux versions, l’un à base de Cabernet Sauvignon, Malbec et Carrignan… l’autre à dominante Carrignan avec appoint en Syrah… les deux inspirés d’un Cabardès bien de chez nous mitonné par l’Audois Arnaud Escourrou.
L’an prochain je retournerai faire le détour non loin du Palais Royal pour une petite virée exotique au Salon des outsiders.

Miss Restovin

salon outisiders2

Diner G. Vernay au Petit Sommelier : une soirée familiale et amicale  très nourrissante !

Diner G. Vernay au Petit Sommelier : une soirée familiale et amicale très nourrissante !

Le flamboyant automne agonise en douceur et nous nous enfonçons dans l’hiver de la grisaille urbaine. Pas drôle !

En attendant que Paris brille de toutes ses lumières, je suis allée m’éclairer le 20 novembre au « Petit Sommelier ». Pierre Vila Palleja organisait l’un de ces mythiques dîners vignerons dont j’ai tant entendu parler.

Accueillie chaleureusement par Pierre et ses parents, je me suis immédiatement sentie « en famille ». Un peu intimidée par la magnifique salle à manger où plus de 50 couverts étaient dressés avec les noms de chacun dans les assiettes, je me suis faufilée jusqu’à ma place.

Impressionnée par la ribambelle de verres qui me faisaient face et gagnée par la curiosité, je commençai à lire le menu. Et, Oh merveille ! Je crus soudain être la Pompadour reçue à la table de Louis XV. Je n’en croyais pas mes yeux : un vrai festin s’annonçait avec son chariot d’interrogations : « Irais-je jusqu’au bout ? » « Ne me serais-je pas avancée dans des terres pantagruéliques, chères à Rabelais plutôt qu’à mon estomac ? Mes voisins de table – des habitués rompus à l’exercice – étaient prêts à en découdre comme s’ils montaient sur le ring.

Pas le temps de réfléchir bien longtemps, déjà un premier verre nous tendait sa jambe avec son amuse-bouche : un succulent vin de pays Viognier mais pas n’importe lequel : celui du domaine de Georges Vernay issu des terres de Condrieu : Pied de Sansom était son nom.

Christine Vernay (fille de Georges Vernay qui a donné son nom au Domaine), grande dame des Côtes du Rhône, nous raconta l’origine du nom de Pied de Sansom et le voyage commença. Un voyage des sens, un voyage de légende, un voyage au cœur des terres d’appellations « Condrieu », « Côtes Rôties » et « Saint Joseph », un voyage autour de 2 célèbres cépages le Viogner et la Syrah, magnifié par le savoir-faire de ces nobles vignerons qui à force de courage, de volonté et de travail ont construit un véritable joyau transmis avec talent à leur enfant.

Christine Vernay est une charmante conteuse passionnée par son art et les mots glissent à nos oreilles en même temps que s’expriment ses vins dans nos palais : horizontale de Condrieu 2011 : Terrasses de l’Empire, Les Chaillées de l’Enfer, Coteau de Vernon (mon préféré !), suivie d’une dégustation  comparé de 2 terroirs en parallèle : Côte-Rôtie Blonde du Seigneur 2010 et Saint-Joseph La Dame Brune 2007.

Puis vinrent 2 millésimes d’opposition : Maison rouge 2003 et 2001 (Côte-Rôtie rouge)

Et pour terminer, avec les 3 fromages (affinés par Hervé Mons, meilleur ouvrier de France) à nouveau des blancs avec une verticale de Les Chaillées de l’enfer : 2004, 2001 en magnum, 1999

Le choix des plats pour s’accorder aux vins reflétait l’esprit de famille et de transmission : le poulpe à la Galicienne ou le carry de lotte comme le fait papa, une recherche audacieuse de goûts contrastés  s’harmonisant bien entre eux, et un rappel au temps avec des plats de saison : Civet de biche lié au chocolat noir, pate-riso aux trompettes de la mort et pigeon rôti saveurs provençales, jus corsé.

Autour de moi ça notait dans tous les sens et les échanges allaient bon train. De quoi oublier le mien ! Mais aucune importance,  ce soir-là Paris était à moi !

Le Petit Sommelier – 49 avenue du Maine – 75014 Paris – Tél. : 01 43 20 95 66 – http://lepetitsommelier.wix.com/le-petit-sommelier

Miss Restovin

PS_diner_vigneron vins_diner_vigneron  PS_Pierre_Vila_Palleja2

PS_pigeon_roti,saveurs_provencale

Huîtres d’Utah Beach et vin de jeunesse au Coinstot Vino : un grand moment de joie !

Huîtres d’Utah Beach et vin de jeunesse au Coinstot Vino : un grand moment de joie !

Je me méfie toujours un peu des endroits touristiques et le Passage des Panoramas est un must du genre. Situé sur les Grands Boulevards en face du musée Grévin et à côté du théâtre des variétés, c’est « le Passage » de Paris recommandé par tous les guides !

Pourtant c’est toujours un plaisir de jouer les touristes à Paris pour une parisienne et ça faisait une éternité que je n’y étais pas allée. Ainsi j’appris qu’il avait été créé pour faire ses emplettes sans se salir les pieds en 1799 à l’emplacement de l’ancien hôtel Montmorency- Luxembourg. Il y avait à l’entrée 2 grosses tours rondes où étaient exposés des tableaux panoramiques représentant des paysages de grandes villes. Une attraction qui faisait fureur à Paris avant l’invention du cinéma. Les rotondes ont été démolies en 1831, le passage a été rénové et richement décoré au XIXe siècle.

Mais passons aux choses sérieuses ! Le Coinstot Vino  se mérite : il est situé tout au fond du passage. Pas facile à trouver. Ensuite, il faut arriver tôt (19h) pour avoir une place en terrasse, et puis, savoir attendre en goûtant un verre de vin en s’imprégnant de l’ambiance. Accueillant, chaleureux, animé mais pas bruyant, il a tout pour plaire. Pour ma première soirée « Huîtres effervescentes », Guillaume Dupré, le patron magicien du Coinstot Vino, nous a trouvé une place en terrasse avec une vue imprenable sur l’écailler et le tonneau de dégustation où le vigneron était venu présenter son vin. Une curiosité d’ailleurs ce ROM VERDE, mais est-ce vraiment du vin ? Produit par Brendan Tracey à Sainte-Anne en Loire Atlantique, je parlerai plutôt d’un jus de raisin en pleine fermentation qui offre son perlant aux papilles et sa nature de raisin au nez et au palais. Pas tout à fait 12 degrés et pas vraiment limpide, c’est « l’agneau du vin » que je goûte là ! Il me rappelle mon espiègle grand-père qui sortait ses premiers jus de ses cuves pour les faire goûter en douce aux enfants. Quand lui en tirait des enseignements et des promesses d’avenir, nous prenions un malin plaisir à gouter le fruit défendu. Et les huîtres alors ! Utah Beach, certes ! De Normandie assurément : charnues, généreuses, pulpeuses, un océan sous la dent avec la douceur d’un bon beurre salé aux algues tartiné sur un morceau de pain d’antan, sombre, croustillant et mœlleux à souhait. Non il n’y rien de meilleur ! Mes voisins de tables ont attaqué les vrais vins avec un plateau de fromage fort réjouissant à l’œil et au nez mais mon amie jugeant la chose peu raisonnable, nous nous en sommes tenues là. Une petite note pas trop salée pour clore le tout et nous avons quitté les lieux, comblées et rassasiées. « On reviendra » me dit mon amie ! C’est sûr la prochaine fois, au Coinstot Vino, tu reviendras avec tous tes copains qui aiment le pain, le vin et le fromage !

Le Coinstot Vino, 26 bis Passage des Panoramas, 75002 Paris – Tél. : 01 44 82 08 54 – http://coinstot-vino.com/

Miss Restovin

 

coinstot vino 2   coinstot vino1

Granterroirs mérite le détour à Levallois !

Granterroirs mérite le détour à Levallois !

Hier soir, il pleuvait à verse et il commençait à faire nuit à 18h à la Bastille. Bizarre, nous sommes en octobre et il fait encore chaud…
Je voulais aller à Levallois. Louise Michel me donna du courage : c’était la station où je devais descendre.
Au détour de la rue Anatole France, une enseigne illuminait la rue : GRANTERROIRS ! Rien que le nom vaut le détour à Levallois !

Une terrasse provinciale m’invitait à m’asseoir mais il pleuvait aussi à Levallois ce soir là.

A l’intérieur Valérie Zurcher, l’hôtesse enchanteresse, me présenta à tout le monde : Michel D, le psychanaliste alchimiste ; Chantal D, la dame très distinguée responsable qualité d’une chaine d’hôtels de luxe ; Gérard S, un bon vivant du Val d’Aoste ; Alexandre B, génial inventeur d’une box de table de restaurant pour recharger son portable ; Sisso, le peintre des grands formats qui travaille dans une cave, rue des Martyrs ; Satine la belle plasticienne qui expose au premier étage …

Ils étaient tous là pour célébrer la ré-ouverture après travaux d’un lieu improbable à Levallois : convivial, authentique, simple, chaleureux. A la fois restaurant, cave, épicerie fine, table à manger et salle des fêtes, Granterroirs nous rappelle nos souvenirs d’enfance à la campagne, ceux d’un lieu unique où tout était proposé au même endroit ; ceux du temps jadis des cafés-bois-charbon des villes, avec en plus, un choix Tip Top des mets et des vins et la gentillesse des hôtes. Ici le maître mot est « vous faire plaisir » et c’est un joli pari !

Merci à vous Jean-François Gimenez d’avoir déniché pour nous tant de produits si gourmets. Ca prouve combien la France regorge de richesses culinaires à valoriser et à préserver !

je retraverserai bien tout Paris le 6 novembre pour emmener mon amoureux boire un de vos excellents vins, à la soirée de » décrochage des tableaux de Satine », tant j’ai eu du mal à quitter les lieux.

Granterroirs, 27 rue Carnot, 92300 LEVALLOIS, Tél : 01 41 34 39 70 – granterroirs@wanadoo.fr www.granterroirs.com

Miss Restovin


granterroirs7   granterroirs6  P1110995

 

Soirée Jess&June,  à la cave Cru Paris, vendredi 3 octobre on était comme chez soi !

Soirée Jess&June, à la cave Cru Paris, vendredi 3 octobre on était comme chez soi !

Un cadre intimiste et chaleureux où vous vous retrouvez un vendredi soir avec des gens que vous ne connaissez pas mais avec qui vous avez envie de partager un verre de vin. Car ici, le vin est exceptionnel ! Choisi avec soin par Jean-Christophe, servi avec élégance, il réjouit le palais si peu habitué à tant de grâce !
Curiosité des étiquettes, éclectisme des provenances, ici le vin est sans complexe : à la fois mélange des genres et plaisir des sens ! Petit ou grand, rouge ou blanc, doux ou sec, souple ou charpenté, vieilli en barrique ou non, biodynamique ou traditionnel, français ou étranger… Pas de chapelle, ils sont tous bons à boire !
Ce vendredi 3 octobre, nous les avons dégustés avec les délicieuses tapas de Jess et June. Fraicheur, légèreté et un subtil mélange de saveurs dont June a le secret. Du « fait maison » avec les finitions préparées sous vos yeux pour le plus grand plaisir d’apprendre à aiguiser ses sens sans pour autant perdre la raison !

Au programme de ce vendredi 3 octobre :

  • Velouté de Butternut et lait de coco
  • Risotto aux champignons, noisettes et parmesan
  • Tartine de chèvre, figue rotie au miel
  • Croquette de poulet épicé au sésame, sauce ranch
  • Tartare de saumon au gingembre, chou chinois, nouille soba
  • Daikon confit, rillette de sardine au citron vert et wasabi
  • Dessert : crumble d’automne aux spéculos et pralin

Côté vin nous avons découvert :

  • Un vin rouge « nature » monocépage syrah : « Les FMR » et un pinot gris sur granite : « Pierrelune 2013 » des caves Verdier Logel (Marcilly 42)
  • Un Pays d’Oc blanc : le domaine de Malavieille « La Boutine » (Clermont l’Hérault-34)
  • Un Bourgogne Givry blanc 1er cru « la grande berge » 2009 du Domaine du Clos Salomon (Givry-71)
  • Un rasteau vieilles vignes du Domaine Grand Nicolet (Rasteau-84)
  • Un champagne brut nature : Tarlant (Oeilly/Epernay-51)
  • Le Chateauneuf du pape de Roger Sabon « Les olivets » (Chateauneuf du pape-84)
  • Le champagne Philipponnat : Royale Réserve Brut (Mareuil sur Ay-51)

Pour les commentaires ce serait bien trop long !
Le mieux c’est d’aller voir Jean-Christophe dans sa cave Cru Paris – 1/3 rue du plat d’étain – 75001 Paris
Tél : +33 (0)1 45 08 51 51 ou  06 08 00 69 42 – http://www.crus.fr/

Miss Restovin

P1110968    P1110951   crusparis3