Après Bordeaux, au Languedoc de fêter son millésime 2015 en primeur ! La Languedoc Week se tient cette semaine à Carcassonne. En ouverture des dégustations, Jérôme Villaret, le directeur de l’interprofession des vins du Languedoc, a fait le point sur la hiérarchie des appellations d’origine et des indications géographiques des vins de la région.
« Nous fêtons cette année les 80 ans du Muscat de Frontignan, première AOC du Languedoc, et le travail continue ! », résume Jérôme Villaret en ouverture de sa conférence. Le directeur du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc présentait les dernières avancées d’une hiérarchisation qui se déploie depuis 2011. « En 2007, l’AOC Languedoc a remplacé l’AOC Coteaux du Languedoc. Elle s’étend des Pyrénées au Gard, elle a vocation à former le socle de l’offre régionale de nos vins d’appellations. » Depuis, toutes les appellations du Languedoc-Roussillon cherchent leur place dans la pyramide bâtie sur ce socle de l’AOC régionale Languedoc. Directement au-dessus du socle, les grands vins, d’appellation sous-régionales, les Corbières, Minervois, Saint-Chinian, Côtes du Roussillon… Puis encore au-dessus, les appellations plus restreintes encore, communales ou cru comme il en existe déjà (Minervois-La Livinière, Saint-Chinian-Berlou ou Roquebrun et Corbières-Boutenac, mais aussi La Clape ou Maury).

Qui sont les prochaines AOC du Languedoc-Roussillon ?
« Cette hiérarchie doit nous permettre de rendre l’offre du Languedoc plus lisible pour le consommateur et de mieux valoriser nos crus », explique Jérôme Villaret. « Nous avons besoin d’aller vite, aussi parce que nous sortons d’une crise viticole qui a vu des arrachages toucher en premier ces terroirs fragiles, en zone de coteaux, qualitatifs mais peu productifs. Nous devons protéger ces terroirs fragiles et le meilleur moyen de le faire est de soutenir leur rentabilité.

Retrouvez cet article complet sur Terre de vins