En cette fin de semaine grise et froide, j’ai rêvé d’un bistrot où j’irais me réchauffer en sortant du boulot. Ce soir là, comme d’habitude, il pleuvait à verse et le Vaudésir exceptionnellement ouvert ce soir-là, me tendait ses bras. Avec un nom comme ça, on n’y réfléchit pas à 2 fois !

Christophe et Michèle m’ouvrirent fièrement leur porte : Entrez donc Pauvre Dame toute trempée ! Ce soir c’est Happy Languedoc et Charles Walter Pacaud en personne, propriétaire du Domaine de La Croix Chaptal, est venu de Saint André de Sangonis, dans le Sud, pour nous faire découvrir ses AOC du Languedoc !
Il faisait bon, il faisait chaud dans ce bistrot d’autrefois, pas tout neuf, mais authentique, avec des vrais gens tous mélangés : des jeunes, des vieux, des blancs, des colorés, des français, des étrangers, des habitués, un maçon, un photographe, une chanteuse, un agent immobilier,  des passants d’ici et d’ailleurs, bien contents comme moi de se trouver rassemblés là… Charles, bouteille à la main proposait son vin avec simplicité : Je vous fais gouter pour commencer mon AOC Languedoc blanc « Sigillés »  : un assemblage de 2 cépages Clairette rosée et Roussane.
Surprenant la Clairette rosée ! Je ne savais pas que ça existait ? dit une dame
–  Oui c’est un cépage rare que j’ai développé à partir de quelques pieds. Je suis le seul à le cultiver dans tout le Languedoc. Vous le reconnaissez à ses arômes de groseilles à maquereau et de pamplemousse rosé, légèrement minéral.
– Ah oui, c’est subtil mais en cherchant bien je reconnais les arômes que vous évoquez ! C’est troublant des arômes rosés sur du vin blanc… dit une autre
– C’est dans la peau, qui est rosée, que se concentrent  les arômes, la pulpe elle est blanche !
Michèle apporta des terrines, des pâtés et des rillettes qu’elle avait préparées et là difficile de ne pas devenir addict du pâté !  Installée en amis dans la salle à manger joliment décorée aux couleurs d’Happy Languedoc, une délicieuse assiette de supions et de moules aux accents du sud nous fut servie promptement.
Puis vint la « Macarinade » spécialité sétoise d’origine italienne, revisitée par Guy le cuisinier, un as, un champion !
–  C’est tout simple ! nous dit-il en nous révélant la recette.
– Heu… Pas pour moi dit une dame, rosissant de gourmandise, mais quel délice et en plus c’est de saison un plat pareil ! Bravo !
Marié au Languedoc rouge « Sigillés », un assemblage de Syrah, Grenache et Mourvèdre, à la fois équilibré, rond, puissant mais pas dominateur ; sur ce plat corsé ça donnait un bel accord. Attrapant Charles au vol entre 2 tables, un monsieur lui demanda ce que signifiait « Sigillès » :
C’est le nom des fragments de poteries romaines qu’un vendangeur étudiant en archélogie a trouvé dans le sol chez moi. Il en avait ramassé tout un seau !
–  Ah oui ! ça veut dire que votre terre devait être cultivée déjà au temps des romains !
– Sûrement, mais ça, c’est une longue histoire,  il faudra venir nous voir, je vous parlerai de Déodat de Séverat, le moine fondateur du Domaine, c’est sûr il ne s’est pas installé là par hasard ! 
L‘assiette de fromages du Sud qui suivit (chèvre et bleu des Causses) me rappela la simplicité des auberges de campagne et confirma cette impression d’être très loin de Paris. Nous serions bien volontiers revenus au Sigillès blanc pour l’accompagner mais nous n’avions pas fini notre rouge ! Nous avons donc opté pour une pause aquatique.
Enfin arriva une crème catalane aux saveurs explosives. Michèle nous révéla alors son secret : une goutte de curaçao à la place de la fleur d’oranger ça réveille les épices : badiane, vanille, cannelle et zeste d’oranges. Mais chut… Il faut pas l’dire !
– Ca ira très bien pour finir votre rouge, qui lui aussi, révèle des arômes d’épices ! nous confit Charles à l’oreille.
Puis vint le moment de quitter ce lieu enchanté. L’addition toute mignonne était conforme à ce qui nous avait été annoncé : 20 € par personne, plus les vins, c’est pas exagéré… De quoi repartir en chantant sous la pluie avec les joues bien ensoleillées ! Mais chut !… Il faut pas l’dire !

Miss Restovin

Le Vaudésir, Christophe et Michèle, 41 rue Dareau 75014 Paris – Tél. : 01 43 22 03 93 du lundi au vendredi de 12h à 14h – Bar de 7h30 à 20h – http://www.bistrot-levaudesir.com/

vaudesir2_V2 vaudesir3_V2 vaudesir4_V2 vaudesir5_V2